Risque de listériose lié aux repas servis à l’APHM et à l’HIA Laveran
Votre Caisse Primaire vous informe qu’à la suite de prélèvements effectués le mercredi 11 septembre dans la cuisine centrale de l’AP-HM, des traces de la bactérie Listeria monocytogènes ont été retrouvés. Dès la révélation de la présence de cette bactérie, la direction de l’AP-HM a pris la décision de suspendre provisoirement la production de la cuisine centrale pour permettre un nettoyage complet, achevé le 20 septembre.

La listériose, maladie digestive potentiellement grave pour les personnes très vulnérables, a une période d’incubation de quelques jours à deux mois. Ces personnes vulnérables sont avant tout les femmes enceintes, les nouveau-nés et les patients immunodéprimés.

Compte-tenu de la période d’incubation qui peut aller jusqu’à 8 semaines, l’ARS demande votre vigilance pour des patients répondant aux critères suivants et de les orienter le cas échéant vers leur médecin traitant :
Fièvre supérieure ou égale à 38
considérés comme à risque
ayant consommé a minima un repas au cours d’un séjour à l’AP-HM (Nord, Conception, Sainte-Marguerite, Timone et Salvator) et à l’hôpital d’instruction des armées (HIA) de Laveran sur la période s’étendant du 17/07 jusqu’au 17/09/2019.

Cette attention doit être portée jusqu’au 17/11 2019 compte tenu de la durée d’incubation.

La Listeria monocytogenes est une bactérie à Gram positif, très sensible aux antibiotiques, cultivant facilement sur milieux ordinaires. Elle peut entraîner une bactériémie d’origine digestive, la listériose. La maladie survient principalement chez des personnes fragiles (patients immunodéprimés, femmes enceintes). La contamination humaine est d’origine alimentaire. Certains aliments sont à risque telles que les charcuteries, certains produits laitiers au lait cru, certains poissons fumés (saumon…), ainsi que certains végétaux (soja, choux…). Les aliments qui vont être responsable de listériose présentent le plus souvent un fort taux de contamination par la bactérie. La transmission alimentaire est liée au caractère ubiquiste de la bactérie qui est présente au niveau du sol, des végétaux et va fréquemment contaminer à faibles doses l’alimentation. La population générale est donc fréquemment exposée à de faibles doses de L. monocytogenes. Ceci explique un portage digestif de la bactérie (1-10%). L. monocytogenes a la capacité de se multiplier à 4°C. Ceci explique la fréquence des contaminations alimentaires amplifiées par un long séjour au froid avant consommation. Cependant, la bactérie est facilement détruite par la chaleur 30 minutes à 55°C, 1 à 2 minutes à 100°C. Elle est très sensible à pH acide, il n’y a donc pas de contamination des yaourts.

Pr FENOLLAR, présidente du CLIN de l’APHM.

Obtenez Outlook pour iOS