La Grande Consultation Infirmière

Allez hop, aujourd’hui un petit topo sur un évènement concernant toute la profession qui est en train de se dérouler et sincèrement, toi mon collègue infirmier de France et de Navarre, salarié ou libéral, panseur ou piqueur, des villes ou des champs, ça serait vraiment chouette que tu y participes ! En plus tu vas voir, pas besoin de te déplacer, ça ne te coûtera rien même pas 1 euro en essence puisque tu vas pouvoir y participer de chez toi, ou à la terrasse d’un café, ou au cours d’un pique- nique champêtre ou pendant une croisière (bon là, faut pas être chez FREE niveau réseau 4G). Mais de quoi donc s’agit-il ? De la Grande Consultation Infirmière !
Alors si tu y as déjà participé, je te félicite ! Bravo ! Pour les autres, ceux qui se disent « Mais c’est quoi encore ce truc » ou ceux qui l’ont vu passer sur leur fil d’actualité Facebook mais qui ont fait semblant de pas le voir parce que avant ils devaient voir la vidéo de Lady Gaga et Bradley Cooper aux Oscars, bref pour ceux qui ne l’ont pas encore fait je vais vous donner mes raisons d’y participer.
Raison #1 : Parce que depuis sa création, c’est la première vraie chose utile que l’Ordre National des Infirmiers fait. Et oui, les activités de notre cher ONI créé en 2006 sont un peu superficielles, et mise à part la cotisation annuelle (30 euros pour les salariés, 75 euros pour les vaches à lait, pardon, les libéraux), on n’entend pas trop parler de lui. Et bien figurez-vous que cette Grande Consultation a été créée et organisée exclusivement par l’Ordre ! Ça serait bête de se priver d’un truc qu’on a en partie financé hein ?
Raison #2 : Parce que notre profession représente une telle diversité de pratiques que sans un recueil de données à l’échelle nationale, difficile de faire un réel état des lieux de notre métier. Nous exerçons en structure de soins ou au sein d’une école, dans un bloc opératoire ou dans une entreprise, au domicile des patients ou en instituts de formation. Nous sommes salariés, libéraux, travaillant de jour ou travaillant de nuit. Nous sommes coordinateurs, référents, hygiénistes, cadres, et bientôt infirmiers de pratique avancée. Face à cette multitude de profils, les problématiques professionnelles sont diverses et on se perd un peu dans la marée des revendications. Pour être entendus il faut être audibles, et c’est ce que cette consultation promet : un livre blanc de propositions partagées.
Raison #3 : Parce qu’il y a le feu au lac. Les infirmiers sont en burnout, épuisés et en sous-effectifs. Nous sommes sous-payés, sur contrôlés, sur taxés. Avec les aides-soignants nous sommes en bout de chaîne d’un système de santé qui nous essore pour sauver sa peau. Et face à notre colère, face à nos revendications, on nous pond Ma Santé 2022, un projet national qui non seulement nous met à l’écart de la future organisation du système de santé, qui ne propose rien pour améliorer les conditions de travail des infirmiers en structure, et qui en plus ô surprise sort du chapeau une nouvelle profession, les assistants médicaux, à mi-chemin entre le secrétaire et le soignant, financée par l’Assurance Maladie ! En résumé, en ville, point de super infirmiers (pour rappel l’exercice de la pratique avancée ne sera pas autorisée en libéral), mais pas d’inquiétude on crée des supers secrétaires médicaux ! Quant aux CPTS, le flou artistique régnant autour de leur déploiement nous fait un peu serrer les fesses. Bref dans le contexte actuel qui joue clairement en notre défaveur, il devient urgent de se mobiliser et de faire le point : Qu’est-ce qui coince ? Que veut-on ?
Raison #4 : Parce que c’est un bon moyen de demander des pépettes. Et oui ! Comment réclamer une reconnaissance salariale si on ne démontre pas notre plus value, nos atouts, notre place prépondérante dans le système de soin ? Parce que entre nous, entre infirmiers, on se le dit qu’on bosse comme des malades, qu’on fait des actes techniques de haute précision, qu’on fait du relationnel du matin au soir. En libéral on le sait nous les économies qu’on fait réaliser en évitant les passages aux urgences, en rattrapant des post op dégagés de l’hôpital (tu la voies la cicatrice de césarienne laissée à l’air pendant 8 jours, un régal). Tu ne les comptes pas tes heures à rassurer, éduquer, conseiller. Tes connaissances et compétences sont paramédicales, médicales, sociales, humaines, administratives et j’en passe. Et en structure, tu crois qu’il tourne grâce à qui le service ? Qui fait les soins, la paperasse, le management ? Et bien tout ça, si on parvient à l’écrire noir sur blanc, à démontrer notre expertise et l’ampleur de la contribution de notre profession à notre système de santé, sera une excellente base pour nos revendications !
Raison #5 : C’est facile !!! Participer à cette consultation, c’est aller sur https://grandeconsultation-infirmiere.org/, et répondre à un questionnaire en ligne qui va te prendre 10 minutes maxi ! Pour les plus motivés, tu peux participer à l’un des 15 forums régionaux, toujours via le même site.
Et ensuite ? Ensuite, les propositions issues de la Grande Concertation seront regroupées dans un Livre Blanc, rendu publique à la fin de l’année. L’ONI s’engage à porter ce Livre Blanc « au plus haut niveau de l’Etat et des acteurs institutionnels ». Du blabla, du vide, une perte de temps ? Peut-être, mais au point où en on est, on n’a rien à perdre que d’essayer.

Camille DD

Sources : https://grandeconsultation-infirmiere.org

Obtenez Outlook pour iOS